Sélectionnez une lettre de l'alphabet
U

U

legende

Ça veut dire quoi ?
On en pense quoi ?

UGC

Mise à jour : mercredi 9 février 2011

Ne vous méprenez pas, avec UGC nous n’allons pas parler 7 ième art, mais web, encore et toujours. UGC a toute sa place dans Mynetwords. Ce mot proposé par Kaesse et Nora Neko est l’acronyme en anglais de User Generated Content, il désigne donc tout contenu (texte, photos, musique…) sur le web créé par des utilisateurs. Le terme utilisateur doit s’entendre par opposition au terme "professionnel. On oppose souvent l’UGC au contenu produit par les médias traditionnels : émissions radios, télés, presse écrite…

Internet s’est imposé avec le temps comme le moyen d’expression le plus accessible pour les particuliers, vous et moi. Si à ses débuts, le web était l’affaire de l’armée, d’informaticiens ou de super geeks, le web 2.0 permet à tout un chacun de s’exprimer, poster des billets, de la musique, des photos voire des jeux vidéos… sur des réseaux sociaux (Facebook, Twitter….) blogs, forums de sites, wiki et autres plateformes sociales (Youtube, Myspace…). C’est notamment ce qui explique son fantastique développement. Avant le web 2.0, comment pouvions nous faire savoir au reste du monde que nous étions cultivés, intelligents, que nous avions des passions, des opinions courageuses et pléthore d’amis ? seul notre entourage était dans la confidence. Evidemment, par nature, l’UGC est le reflet fidèle de ce que nous sommes, nous autres les particuliers, avec nos forces et nos faiblesses. Donc l’UGC n’est pas encore un label de qualité ; loin s’en faut. Mais on aurait tort de s’en plaindre, car le modèle économique du web 2.0 repose sur l’UGC. En effet, l’UGC permet à la toile d’accéder gratuitement à de nombreux contenus (billets, photos, musique) étant donné que ceux-ci sont créés par des particuliers à des couts proches de zéro ( limités au coût d’hébergement et de maintenance du site, c’est tout). Les blogs, la plupart des sites et des réseaux sociaux sont en accès libre. La plupart des particuliers qui créent du contenu agissent à titre "bénévole" , même si certains parviennent à monétiser leur contenu en attirant suffisamment de visiteurs dans leur site-blog pour pouvoir accueillir de la publicité. On notera que certains sites, blogs, ou réseaux professionnels tentent de faire payer leurs visiteurs en leur proposant un contenu "qualifié", mais pour le moment, ils représentent une minorité. L’internaute n’a guère l’habitude de mettre la main à la poche pour pouvoir consulter du contenu sur le web, c’est tout simplement contre nature. Compte tenu de sa capacité de production et de son cout super compétitif, on peut comprendre que l’UGC ait fait trembler la planète médias. Les journalistes ont commencé par trembler puis ils se sont rassurés en dénonçant tous les dérapages de l’UGC (contenu dégradant, bas de gamme…, un petit nombre, des traitres selon les uns, des visionnaires selon les autres, ont cédé aux sirènes de l’UGC en ouvrant leur propre blog cf l’excellent blog http://monecranradar.blogspot.com/, et ils ont découvert de nouveaux espaces de liberté. Certains sont devenus addicted parfois au péril de leur santé mentale et de leur équilibre familial mais pour notre plus grand bonheur. Une preuve de plus que l’UGC peut offrir le meilleur et pas seulement le pire.

Écrire un commentaire