Sélectionnez une lettre de l'alphabet

Splog

Mise à jour : mercredi 16 mars 2011

Non, Splog n’est pas le petit frère de Spock dans Star Trek et ne relève pas de la science fiction mais c’est un mal bien réel ! Splog est une combinaison de 2 mots "Spam" et "Blog". Le Splog est au blog ce que le spam est au mail. Il désigne tout blog qui a pour seule vocation d’augmenter la popularité des sites-blogs sur lesquels il pointe. Le splog publie des billets qui contiennent de nombreux liens (adresse de sites-blogs) avec des sites que l’auteur du splog veut promouvoir. En fait, il s’agit d’une technique pour doper le pagerank d’un site de manière artificielle.

Le terme a été popularisé par le serial entrepreneur Mark Cuban en 2005 qui a dénoncé l’ampleur du problème et demandé à ce que chacun se mobilise pour neutraliser cette nouvelle forme de spam qui déstabilise voire décrédibilise la blogosphère.

Certains préfèrent le terme Clog à Splog mais il est nettement moins usité et lorsque vous êtes victime d’une avalanche de splogs, on appelle cela le Spamalanche…

Le splog contribue à polluer la blogosphère avec des milliers pour ne pas dire des millions de blogs qui n’offrent aucun contenu : en général les billets publiés par ces splogs ne sont pas compréhensibles (c’est du faux texte) ou encore ils reprennent du contenu existant. Selon certains experts, un blog sur 5 serait un splog ! Voilà de quoi discréditer les statistiques de la blogosphère : quand on évoque plus de 160 millions de blogs dans le monde, on peut se demander que deviendrait ce chiffre sans les splogs !

De plus les splogs contribuent à saturer l’espace de la blogosphère, puisqu’ils prennent la place de blogs sur les plateforme de blogs gratuits du type Bloggers. Pour doper le PR d’un site, on peut aller jusqu’à créer plusieurs milliers de Splogs qui vont pointer sur ce site ! Ceci étant dès 2005, après l’appel de Cuban, Google a réagi en essayant de supprimer tout splog détecté. Pendant quelques années, un site a même été créé à la disposition des bloggers pour leur permettre de signaler un splog : Splog reporter. Mais depuis Google se charge tout seul de chasser les splogs. Avec plus ou moins de succès, car pour un splog détruit, 5 splogs sont créés. C’est si facile de créer un blog et gratuit de surcroît. Le splog n’est plus seulement utilisé comme outil de référencement mais comme arme pour discréditer une personnalité ou une institution. En effet, on peut créer des splogs pour lancer un google bombing contre quelqu’un. Ex vous faites une recherche sur le mot "arnaque" et Google vous envoie sur un site dédié à un homme politique. Les auteurs de google bombing se servent de splogs pour faire en sorte que leur victime soit associée sur le net à un terme négatif. Le splog est également l’une des techniques utilisées par les Effaceurs, vous savez ces magiciens qui sont à même de nettoyer votre identité sur le web. Pour effacer les commentaires gênants à votre égard, ils utilisent leur parc de splogs (plusieurs milliers) et publient des avalanches de posts qui vont pointer sur votre blog, ou autre site qui vous valorise. Automatiquement ces derniers vont remonter dans la page 1 de google et les commentaires malfaisants, eux, vont redescendre voire disparaître en pages 2 voire 3 de google. C’est digne d’un des meilleurs numéros de David Copperfield. Certaines mauvaises langues jugeant Google peu efficace dans la chasse aux Splogs, se demandent si le moteur de recherche ne gagnerait pas à conserver des splogs. A chaque fois que vous tombez sur un splog, étant donné que le contenu ne vous intéresse pas, vous cliquez sur Adsense pour sortir de ce site, or ce clique rapporte à Google !

Certains intégristes du web, ont proposé que Google supprime tout blog n’offrant aucune valeur ajoutée en terme de contenu, mais la blogosphère a rejeté cette option, totalement contraire à l’esprit du web. Il n’en demeure pas moins que si l’on traite votre blog de splog, vous l’aurez compris, c’est une manière (guère) diplomatique de vous dire que votre blog n’offre aucun intérêt.

Écrire un commentaire