Sélectionnez une lettre de l'alphabet

Renren

Mise à jour : jeudi 26 mai 2011

Si vous êtes fan de Facebook, vous devriez vous intéresser à son équivalent chinois : Renren. Il revendique 160 millions de membres, un chiffre qui laisse pas mal d’observateurs du web dubitatifs, le chiffre réel de membres actif serait plus proche de 50 millions ! Renren représente néanmoins aujourd’hui le réseau social le plus populaire en Chine. Renren a été créé en 2005 par une université chinoise, à l’époque il portait un autre nom Xiaonei (littéralement le "réseau du campus)", puisqu’il était destiné à fédérer les étudiants. Progressivement, il est devenu un réseau professionnel, un peu à l’image de Linkedin. Encouragé par le succès de Facebook en Occident, OPI, une société chinoise rachète ce réseau et le rebaptise en 2009 afin que son nom reflète mieux les nouvelles ambitions du site. Désormais, le site s’appelle Renren (prononcez "djeune-djeune") qui signifie "le réseau de tout le monde", le message est clair.

Les Chinois ne sont pas restés les bras ballants face aux succès de sites occidentaux. En dressant le great firewall (la muraille de Chine sur le web), ils ont empêché les sites occidentaux de conquérir la Chine. Ils ont pu donc développer plus sereinement, et à leur rythme, leurs propres réseaux, c’est à dire l’équivalent de Twitter, Facebook, Youtube… Les sites chinois ont pu prendre leur part du gâteau publicitaire du web. "En mai 2011, Renren est entré en bourse en fanfare à New York, dans une opération à 743,4 millions de dollars" comme le note la Correspondance de la presse. L’introduction valorise l’entreprise à plus de 7 milliards de dollars. Il s’agit du premier grand réseau social à entrer en Bourse, il a même pris de court Facebook qui sera introduit en bourse, au mieux, en 2012. Si les Chinois se sont lancés plus tard que les Occidentaux dans la course aux réseaux sociaux sur le web, ils ont vite repris de l’avance, et pas seulement pour s’introduire en bourse. Ils ont aussi peaufiné le concept de réseau social.

Au lieu de proposer un réseau pour discuter au plan personnel, un autre pour discuter travail (ex linkedin), un autre encore pour micro blogger ou s’échanger des vidéos ou enfin pour chater, ils ont intégré toutes ces fonctionnalités dans un même réseau. Certains réseaux chinois ont même intégré la fonction de site de rencontres espérant détrôner Meetic. En fait, les Chinois ont appliqué à la toile le concept du "tout sous le même toit" caractéristique des hypermarchés français. C’est le cas de Renren qui offre tout à la fois un service de messagerie, de microbloging, il a intégré une rubrique "friends", "photos" et une bonne partie des applications de Facebook et propose de surcroît quantités de jeux. On pourrait presque dire que Renren est un Mash up de Facebook, Linkedin, Twitter, Meetic et MSN et du jeu : Plantes contre Zombies. Mark Zucherberg a de quoi se faire quelques cheveux blancs !

Les réseaux sociaux chinois sont nombreux à revendiquer le titre du "Facebook chinois" qui reste "the benchmarck" pour eux. Kaixin ou encore les grands sites d’info comme Sohu et Sina espèrent décrocher le graal Facebook. Mais compte tenu de la perspective de la cotation, Renren n’a pas lésiné sur les moyens de communication pour s’imposer comme le Facebook chinois notamment vis à vis des Occidentaux qui ont du mal, il est vrai, à se faire une idée par eux même, compte tenu de la barrière de la langue. Le succès de la cotation force le respect et montre qu’il a bien réussi son coup, il a presque réussi à éclipser au regard des occidentaux le site Kaixin qui pourtant, dès le départ a été lancé sur le concept de Facebook. Cette sympathique manipulation d’ordre markéting nous rappelle que nous devrions nous informer un peu plus avant d’investir dans des sites chinois, nous devrions être aussi critiques à leur égard qu’avec des sites occidentaux, sinon nous risquons d’investir dans des sites qui nous racontent une belle histoire mais qui n’ont pas de base solide. Ceci étant, même s’il n’est pas certain que Renren mérite plus le titre du "Facebook chinois" que Xaixin par exemple, il est clair que ce réseau est fort et très dynamique. Une précision qui vise à balayer tout doute dans l’esprit des nombreux investisseurs de Renren qui fréquentent Mynetwords…

Écrire un commentaire