Sélectionnez une lettre de l'alphabet
O

O

legende

Ça veut dire quoi ?
On en pense quoi ?

Open source

Mise à jour : jeudi 15 juillet 2010

Au sens strict, l’expression open source s’applique aux logiciels dont la licence respecte des critères précisément établis par l’Open Source Initiative qui promeut la liberté d’accéder aux sources des programmes. L’expression "open source" se confond avec "logiciel libre" et s’applique à tout logiciel gratuit qui permet l’accès à son code source (les codes qui permettent de programmer les logiciels). Par opposition aux logiciels commerciaux développés par les éditeurs de logiciel qui, eux, sont payants et interdisent l’accès aux codes source de leur programme. Toutes les personnes qui le souhaitent peuvent donc contribuer au code source d’un logiciel libre. Quelle chance de pouvoir consacrer ses nuits à travailler sur le code source d’un logiciel ! Travailler plus … pour gagner plus ? Vous n’y êtes pas du tout. Les développeurs qui participent au développement du logiciel sont en général des bénévoles, ils n’agissent pas dans un but lucratif mais pour le plaisir de contribuer à optimiser un logiciel.

A l’origine, dans les années 60, les ordinateurs étaient livrés avec des logiciels libres de droits et accompagnés de leurs codes sources. Les utilisateurs (des authentiques geeks) souhaitaient contrôler l’accès aux sources, question de sécurité. Ils voulaient garder la main pour pouvoir faire évoluer les logiciels, les adapter et corriger les erreurs (plutôt nombreuses dans cette ère technologique préhistorique). Puis de grands groupes à l’instar de Microsoft ont bâti leur fortune en "privatisant" les logiciels. Ils ont fait payer les logiciels et interdit l’accès au code source. C’est précisément en réaction à la "privatisation" des logiciels qu’est né open source. L’open source s’attaque aussi à un grand principe capitalistique : l’obsolescence planifiée ou programmée qui oblige les acheteurs à "jeter" leur matériel/logiciel alors qu’il fonctionne encore… L’exemple le plus frappant des logiciels open source est le projet "Linux" lancé en 1991 par Linus Torvalds, un étudiant de l’université d’Helsinki. Celui-ci souhaitait développer un système d’exploitation libre compatible Unix : il invita tous les programmeurs volontaires à participer à ce projet et mobilisa des centaines de participants.. Ironie de l’histoire, Linux s’est imposé comme le système d’exploitation (une alternative de Windows) probablement le plus fiable. Désormais les grands éditeurs de logiciels l’utilisent. Plusieurs serveurs de Microsoft tournent sur Linux ! Et le mouvement ne faiblit pas, on compte plusieurs millions de participants au programme Linux…

Avec le temps, l’expression « open source » a pris une connotation plus large, elle renvoie à la notion de qualité. L’open source permettant aux geeks d’étudier le code source (le programme) du logiciel pour détecter un problème éventuel ou pour l’optimiser, il est clair que pour un logiciel, avoir le statut "d’ open source" est un gage de qualité. Dès lors toute activité qui fait appel aux contributions de bénévoles, peut se targuer d’être open source. C’est le cas de Free Beer, la première bière conçue en "open source". C’est à dire que ses créateurs, des étudiants de l’université informatique de Copenhague vous livrent la recette de leur bière pour vous permettre de l’utiliser à votre guise y compris en la modifiant ou en commercialisant le produit fini. On peut également appliquer l’open source à des initiatives scientifiques collaboratives : l’étude des papillons (projet Noéconservation) ou des escargots basées sur vos observations dans votre jardin, consignées sur un site internet. Chacun peut se transformer en scientifique et ainsi contribuer à mieux connaître nos amis ailés ou baveux… On peut même rêver, au concept du ménage open source, je ne suis pas contre les contributions de bénévoles pour optimiser la propreté et l’hygiène de mon appart !

Écrire un commentaire