Sélectionnez une lettre de l'alphabet

Dooced (to be dooced)

Mise à jour : mercredi 31 mars 2010

Etre "dooced" (prononcez : dousste) signifie en anglais, être "viré" pour avoir critiqué son employeur sur son blog. L’expression qui date de 2002 fait référence à la triste expérience vécue par une jeune bloggueuse, Heather B Armstrong qui avait osé écrire des billets sur son blog pour dénoncer les insuffisances de son employeur. Elle était persuadée que la blogosphère était un univers clos peu accessible par les entreprises. Elle s’est fait épingler, un collègue zélé s’étant aimablement chargé de faire découvrir son blog à son employeur ! Son départ a créé à l’époque une vraie polémique aux Etats-Unis, son blog s’appelant Dooce, il a donné naissance au terme "to be dooced".

Depuis, rassurez-vous, notre bloggeuse a fait son chemin, elle fait partie de la A List bloggers (le top des blogs). Le fait d’avoir été virée a représenté le point de départ d’une belle carrière sur le net. Depuis, malheureusement, tous ceux qui ont été "dooced" n’ont pas nécessairement connu le même sort. Donc ne voyez pas dans ce billet une forme quelconque de prosélytisme pour le "doocisme" (ce terme là, je l’ai inventé…)

Si être licencié pour cause de crise, reste une épreuve , être "dooced" suscite du respect pour ne pas dire de l’envie. Ceci étant, si l’on parle beaucoup des risques que courent les employés à raconter leur vie sur Facebook, sur leur blog… à ce jour les cas de personnes virées à cause de leur blog, restent rares. La preuve, qui connaît des victimes du web dans son entourage ? Il s’agit pour beaucoup de rumeurs. C’est normal, toute nouvelle technologie s’accompagne de sa cohorte de rumeurs qui cristallisent nos peurs et nos fantasmes. Que n’a t-on dit à l’apparition du téléphone fixe ou de la télé ? A croire les bien pensants de l’époque, nous devrions tous aujourd’hui être frappés de tumeurs au cerveau ou devenus de vraies loques humaines (notre faculté de penser ayant été irrémédiablement endommagée). Les entreprises ont tendance à diaboliser ce qui leur échappe. Faute de comprendre tous les enjeux des blogs, de réseaux sociaux, certaines optent pour une posture critique et tirent la sonnette d’alarme.

Il ne faut pas s’y tromper, "doocer" un employé, n’est jamais bon pour la Net reputation de l’employeur. C’est pourquoi, il vaut mieux prévenir ce risque en adaptant les codes de bonne conduite et autres chartes de l’entreprise. Et surtout il faut organiser le débat au sein des groupes afin de sensibiliser chacun aux opportunités mais aussi aux risques et limites du web 2.0.

Écrire un commentaire