Sélectionnez une lettre de l'alphabet

Autoblog

Mise à jour : jeudi 26 janvier 2012

Quand Ducanben a suggéré de définir "autoblog", j’ai pensé que ce mot était un bel exemple de tautologie, puisque par définition un blog est une initiative personnelle et non l’initiative de quelqu’un d’autre. Je n’y étais pas du tout, après quelques recherches sur le web et une autre fasse piste ("autoblog" est le nom d’un blog dédié à l’auto ! ), j’ai découvert que l’autoblog désignait une nouvelle génération de blogs qui suscite pas mal de débats sur la toile. Autoblog signifie un blog dont le contenu est généré automatiquement. Au lieu d’écrire des articles pour alimenter votre blog, vous vous contentez de récupérer les posts (articles)publiés par d’autres blogs, ou encore des vidéos diffusées sur d’autres blogs-sites…. La technique est simple il suffit d’intégrer des flux RSS sur l’autoblog. Par exemple, vous intégrez le flux RSS de Mynetwords sur votre blog, à chaque fois que Mynetwords publie un nouveau billet, celui-ci sera répliqué sur votre blog. Avec cette nourriture RSS, vous pouvez alimenter des dizaines voire des centaines d’autoblogs étant donné que le contenu ne manque pas sur le web.

L’autoblog peut représenter un bon outil de veille sur des thématiques précises. Vous vous intéressez à l’environnement, vous allez récupérer les flux RSS de tous les blogs et sites qui s’intéressent au sujet et vous allez centraliser toutes ces infos sur un même blog. C’est un blog agrégateur de contenu qui peut intéresser tous ceux qui partagent votre passion pour la cause environnementale. Mais très vite, certains ont découvert que l’autoblog pouvait être utilisé autrement et dans un but nettement moins noble. L’autoblog est apparu comme un moyen de maximiser les profits publicitaires pour certains. En vampirisant le contenu d’autres blogs, ils peuvent créer des dizaines de blogs qui pointent les uns sur les autres (c’est à dire que chaque blog contient des liens avec les autres). Ce système permet théoriquement de doper le trafic sur les blogs et donc de vendre ses bandeaux publicitaires plus chers ! Certains webmasters utilisent l’autoblog comme un outil de SEO, c’est à dire pour optimiser le trafic de leur site-blog. Ils créent un ou plusieurs autoblogs qui ont un vague rapport avec le thème de leur site et auxquels, ils ajoutent un lien avec leur site espérant ainsi donner plus de visibilité à celui-ci. Mais la méthode n’est pas sans risque. D’abord, certains éditeurs d’autoblog ont du fermer leur blog sous pression des auteurs des blogs qui considéraient qu’ils vampirisaient leur contenu. Certains ont fait appel à la justice pour demander la fermeture de l’autoblog. Les bloggers sont plutôt heureux quand on relaye leur billet mais pas dans n’importe quelle condition. Le blog (ou autoblog) doit être de qualité pour ne pas discréditer ce contenu, il doit comporter des liens sur le blog dont il récupère les textes afin de "lui renvoyer l’ascenseur". Bien entendu, il ne doit se nourrir que de contenu "libre" de droit (cf creative commons content). Et quand l’autoblog ne s’attire pas les foudres des blogs qu’il "duplique", il peut être sanctionné par Google qui compare les autoblogs à des "Splogs", des blogs qui représentent des spams. Dans ce cas, il peut déclasser l’autoblog qui telle la laitière au pot au lait qui dit adieu à ses vaches… peut faire un trait sur ses recettes publicitaires.

D’ailleurs Google ne cesse d’affiner ses algorithmes dans le but de détecter les abus d’autoblogs. Espérons qu’il ne vas jeter bébé avec l’eau du bain, car ces blogs agrégateurs de billets peuvent être utiles quand ils sont bien faits dans une logique d’outil de veille thématique.

Écrire un commentaire